Mon espace personnel

Mieux conseillé,
mieux assuré.

Je compare mes mutuelles Je retrouve mes devis

dans mon espace personnel

Santé mentale : quelle prise en charge par la mutuelle ?

Rédigé par Sandra Delhert - Le 14/12/2023

Plus de 23 milliards d’euros sont dépensés chaque année par l’Assurance maladie pour la santé mentale des Français. C’est le premier poste de dépenses devant les soins liés aux cancers et aux maladies cardiovasculaires. Rien d’étonnant quand on sait qu’un Français sur quatre est, ou sera, confronté au cours de sa vie à un trouble psychique ou à une maladie mentale. Une raison suffisante pour s’assurer d’être bien couvert par sa mutuelle en cas de dépression, de burn-out ou de toute autre maladie psychique.

Santé mentale : tous concernés !

Personne n’est à l’abri d’être confronté à une maladie mentale au cours de sa vie, comme le démontrent ces chiffres :

  • 13 millions de Français sont touchés par une maladie mentale ou un trouble psychique dont 3 millions par un trouble psychique sévère ;

  • au cours de sa vie, un Français sur cinq environ sera touché par la dépression ;

  • 15 % des jeunes connaissent un épisode dépressif caractérisé entre 16 et 25 ans et le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les 10-25 ans ;

  • enfin les Français sont les premiers consommateurs au monde de psychotropes.

Depuis la pandémie de Covid-19, la santé mentale est devenue une préoccupation majeure des pouvoirs publics mais aussi de la population. Dans une étude Ipsos réalisée en 2023, les participants ont été 35 % à placer la santé mentale comme sujet d’inquiétude principal en matière de santé, derrière le cancer (57 %).

Quelles sont les maladies psychiques les plus courantes ?

Le terme de maladie mentale ou psychique est employé dès l’instant où un médecin psychiatre a posé un diagnostic entraînant la nécessité de soins.

Chez les plus jeunes, les pathologies psychiatriques les plus courantes sont :

  • les troubles anxieux et dépressifs ;

  • les troubles des conduites alimentaires ;

  • les comportements à risques ;

  • les addictions.

Chez l’adulte, sont le plus fréquemment observés :

  • la dépression,

  • les troubles bipolaires,

  • la schizophrénie,

  • les troubles anxieux

  • les addictions.

Alzheimer, Parkinson : des maladies neurologiques aux nombreux troubles psychiatriques

Les personnes atteintes d’une maladie neurodégénérative comme Alzheimer ou Parkinson, sont souvent concernées par des troubles psychiatriques qu’il convient de diagnostiquer et de soigner.

Ainsi, les patients atteints de la maladie de Parkinson sont souvent concernés par :

  • des troubles anxieux ;

  • la dépression ;

  • le stress et l’hyperémotivité ;

  • les troubles de l’impulsion (comportements compulsifs, addictions…) ;

  • ou encore des troubles psychotiques (hallucinations, délire, paranoïa, état confus, sentiment de persécution…).

De leur côté, les malades atteints d’Alzheimer sont régulièrement suivis pour :

  • apathie ;

  • agressivité ;

  • anxiété ;

  • délires et hallucinations ;

  • dépression ;

  • troubles des conduites alimentaires ou sexuelles ;

  • hyperémotivité ;

  • troubles du sommeil.

Les affections psychiatriques reconnues comme ALD

Certaines affections psychiatriques de longue durée comme la dépression récurrente ou les troubles bipolaires peuvent être pris en charge en tant qu’ALD exonérante. Dans ce cas, les soins seront entièrement remboursés par l’Assurance maladie, dans la limite de la base de remboursement. Autrement dit, vous ne conservez à votre charge que les éventuels dépassements d’honoraires qui pourront par ailleurs être couverts par votre mutuelle.

Psychiatre ou psychologue : qui consulter ?

Contrairement au psychologue, le psychiatre est un médecin. C’est vers lui que vous devez vous tourner pour faire établir un diagnostic de maladie psychique et obtenir une prescription de médicaments psychotropes (anxiolytiques, antidépresseurs, somnifères, neuroleptiques, etc.). C’est lui également qui pourra vous prescrire un arrêt de travail par exemple et mener une psychothérapie. Le psychiatre suit le patient pendant toute la phase de traitement. 

Bon à savoir :

Tous les psychiatres ne sont pas psychothérapeutes, aussi, il peut arriver que vous soyez suivi à la fois par un médecin psychiatre et par un psychologue.

Les jeunes de 16 à 25 ans peuvent consulter un psychiatre directement sans avoir à passer par leur médecin traitant au préalable. Les patients plus âgés devront de leur côté respecter le parcours de soins coordonnés pour être correctement remboursés de leurs consultations psychiatriques.

Quand aller voir un psychiatre ou un psychologue ?

Bien qu’ils agissent tous deux dans l’optique de préserver votre santé mentale, ces professionnels ne jouent pas le même rôle. 

C’est souvent votre médecin traitant qui vous orientera vers l’un ou vers l’autre selon vos besoins :

  • le psychiatre pour établir un diagnostic et prescrire le traitement adéquat. C’est vers lui que vous devez vous tourner en cas d’urgence (dépression sévère, risque suicidaire, etc.) ou de trouble psychiatrique grave (schizophrénie, maniaco-dépression, psychose…)

  • le psychologue pour entamer un travail thérapeutique. Dans les cas nécessitant un suivi médical, le psychologue interviendra en parallèle du psychiatre.

A noter :

Dans le cas d'un psychiatre qui exerce également en tant que psychothérapeute ou psychanalyste, le remboursement des consultations diffère selon que vous le consultiez dans le cadre purement médical (suivi psychiatrique) ou à visée thérapeutique. La Sécu n'interviendra que dans la prise en charge des consultations médicales tandis qu'une mutuelle adaptée pourra couvrir également quelques séances de thérapie dans le cadre de la garantie médecines douces.

Dans le cas du psychologue, il peut y avoir une prise en charge des séances par la Sécu et les mutuelles si elles ont été prescrites par le médecin traitant dans le cadre du dispositif Mon soutien psy. Dans le cas d'une consultation directe, seule la garantie médecines douces de votre mutuelle pourra éventuellement prendre en charge une partie du coût de ces séances.

Coût et remboursement d'une consultation psychiatrique

La base de remboursement d’une consultation chez un psychiatre exerçant en secteur 1 (donc sans dépassements d’honoraires) ou en secteur 2 Optam (c’est-à-dire avec des dépassements maîtrisés) s’élève à 46,70 €. Elle est réduite à 42,50 € pour les psychiatres exerçant en secteur 2 en honoraires libres.

L’Assurance maladie prend en charge 70 % de cette base de remboursement. Le reste (le ticket modérateur) et éventuellement les dépassements d’honoraires pourront être couverts par la mutuelle, selon le niveau de garantie soins courants souscrit.

A noter :

Attention ! Ce remboursement est conditionné au respect du parcours de soins coordonnés sauf pour les patients âgés de 16 ans à 25 ans.

Si vous avez plus de 25 ans et que vous ne respectez pas le parcours de soins coordonnés en consultant d’abord votre médecin traitant avant d’aller voir un psychiatre, l’Assurance maladie réduira sa prise en charge à 30 % seulement de la base de remboursement au lieu de 70 %. Votre mutuelle n’aura pas le droit de vous rembourser cette pénalité.

Que faire en cas d'urgence psychiatrique ?

En cas d'urgence, et selon le degré de gravité de votre état, vous pouvez :

  • appeler les numéros d'urgence habituels : le 15 (Samu), le 18 (Pompiers) ou le 17 (Police)

  • vous rendre aux urgences de l'hôpital le plus proche

  • consulter le centre médico-psychologique le plus proche

  • demander une téléconsultation avec un psychiatre

Bon à savoir :

Avec la téléconsultation médicale, vous pouvez bénéficier d'un premier niveau de prise en charge par un psychiatre, qui, en fonction de votre état pourra vous orienter vers un confrère ou vous prescrire un traitement.

Le remboursement s'effectue dans les mêmes conditions qu'en cabinet. Des majorations liées au jour (week-end) ou à l'heure de téléconsultation (avant 8h ou après 20h) peuvent toutefois s'appliquer.

Les séances chez le psychologue sont-elles remboursées ?

De manière générale, le psychologue n'étant pas un médecin, il est libre de fixer ses tarifs. Seule une mutuelle dotée d'une garantie médecines douces couvrant les séances de psychologie vous permettra d'obtenir un remboursement. Celui-ci sera bien souvent partiel et limité dans le temps. Autrement dit, vous conservez certainement une grande partie du coût de la thérapie à votre charge.

Les mutuelles qui remboursent les séances chez le psychologue
Compagnie
Forfait annuel par bénéficiaire
Apicil
jusqu'à 50 € par séance, dans la limite de 5 séances par an
Alptis
jusqu'à 25 € par séance dans la limite de 5 séances par an
Cegema
jusqu'à 175 €
Henner
jusqu'à 300 €
Malakoff Humanis
jusqu'à 50 € par séance dans la limite de 4 séances par an
Néoliane
jusqu'à 30 € par séance dans la limite de 4 séances par an
SPVIE
jusqu'à 150 €
Zenioo
jusqu'à 300 €

Une exception : Mon soutien Psy ! Ce dispositif permet de bénéficier de 8 séances entièrement remboursées par la Sécurité sociale et la mutuelle. Pour en bénéficier, il faut obtenir une lettre d'adressage de la part de votre médecin traitant prescrivant ces séances puis consulter un psychologue partenaire du dispositif. Vous trouverez la liste complète des psychologues partenaires sur le site officiel monsoutienpsy.sante.gouv.fr

Mon soutien psy est proposé à tous les patients dès l'âge de 3 ans.

Médicaments : comment sont remboursés les psychotropes ?

Délivrés uniquement sur ordonnance, les traitements médicamenteux des troubles psychiatriques sont remboursés à 15 %, 30 %, 65 % ou 100 % par l'Assurance maladie suivant le "service médical rendu" de chaque médicament.

Bon à savoir :

La loi impose aux mutuelles responsables de rembourser les médicaments à 65 % mais pas les autres. Dans les faits, la plupart des contrats couvrent aussi les médicaments à 15 % et 30 % mais certaines mutuelles d'entrée de gamme ne le font pas pour des questions d'économie. C'est un point important à vérifier sur votre contrat car dans le domaine de la santé mentale, les traitements médicamenteux peuvent s'avérer longs et coûteux.

Hospitalisation en service psychiatrique : quelle prise en charge ?

L'hospitalisation en unité psychiatrique est prise en charge par l'Assurance maladie dans les mêmes conditions que n'importe quel autre séjour hospitalier. Autrement dit, seuls les frais de séjour sont concernés, à hauteur de 80 %.

Ils faut donc porter une attention particulière aux frais restants à votre charge :

  • les 20 % restants des frais de séjour, ce qui représente par exemple 176 €/jour d'hospitalisation dans un service de psychiatrie pour adultes ou 217 €/jour dans un centre de crise

  • le forfait journalier de 15 €/jour

  • la chambre particulière dont le prix moyen s'élève à 60 €/jour à l'hôpital public et jusqu'à 150 €/jour dans un établissement privé

  • les prestations de confort : TV, internet, presse

Au vu de la durée moyenne d'un séjour en psychiatrie (29 jours en 2017), le montant restant à votre charge peut facilement atteindre plusieurs milliers d'euros ! Heureusement, avec une mutuelle santé adaptée, ce reste à charge peut être très fortement réduit voire totalement supprimé selon les garanties souscrites.

A noter :

La plupart des mutuelles santé limitent la prise en charge de la chambre particulière en unité psychiatrique à 30 ou 60 jours. Pensez bien à vérifier ce point sur votre contrat.

Cure thermale : pour les affections psychosomatiques, aussi !

Sevrage médicamenteux, dépression, état névrotique... plusieurs affections psychosomatiques peuvent conduire votre médecin à vous prescrire une cure thermale.

Pour pouvoir prétendre à une prise en charge de la Sécurité sociale et de votre mutuelle santé, vous devez remplir certaines conditions :

  • Faire compléter l'accord de prise en charge par votre médecin.

  • Réaliser votre cure thermale au cours de l'année civile de l'obtention de l'accord, voire jusqu'au 1er trimestre de l'année suivante.

  • Vous orienter vers un établissement agréé et conventionné par l'Assurance maladie.

  • Respecter la durée légale de 18 jours consécutifs.

La Sécurité sociale interviendra pour :

  • les frais médicaux (70 %)

  • le forfait thermal (65%)

  • le transport et l'hébergement (sous conditions de revenus)

Une mutuelle santé peut vous permettre de bénéficier d'une prise en charge complémentaire : ticket modérateur, dépassement d'honoraires, logement, transport... pour une cure réalisée dans le cadre d'une affection psychosomatique.

Ce qu'il faut retenir...

Les maladies mentales peuvent toucher n'importe qui, à n'importe quel moment de l'existence. Les soins nécessaires pour y faire face sont souvent longs et coûteux mais peuvent être en grande partie couverts par une mutuelle avec de bons niveaux de garanties en soins courants, hospitalisation et médecines douces. Parlez-en avec votre conseiller DISPOSUR !